Pourquoi Kinésiolosophie ?
J’ai choisi ce nom quand j’étais encore kinésiologue.
J’avais alors ouvert mon compte Instagram et je voulais, avec ce nom, passer le message que chaque âme ici sur terre à sa propre philosophie et que la kinésiologie pouvait aider s’y reconnecter.

J’ai, moi-même, toujours eu ma propre philosophie de vie et mon but premier en pratiquant la kinésiologie était de révéler les êtres à leur propre philosophie de vie, celle de leur âme.

Donc, KINESIO-LOSOPHIE
« La kinésiologie au service de votre philosophie de vie. »
C’était mon slogan.

Kinésiolosophie, c’est la liberté de vivre pleinement et consciemment pour incarner sa propre philosophie de vie.

C’est oser être soi-même et se reconnecter avec ses valeurs, ses ressources et ses capacités propres. C’est s’assumer tel que l’on est pour vivre sa vie dans le respect de soi. C’est décider de se responsabiliser sur sa volonté de créer son bonheur. C’est prendre conscience que son bien-être ne dépend que de soi. C’est comprendre l’impact du mental et de tous ses conditionnements sur son corps physique. C’est être à l’écoute de son corps et l’aider à retrouver son propre pouvoir d’auto-guérison.

Kinésiolosophie, c’est aller droit au but pour que votre vie aille droit à l’essentiel.

Lecture d'âme & Kinésiologie


Bonjour et bienvenu(e) sur mon site !

Je suis Ana Delaperrière, j’ai quitté Paris, ma ville natale en 2019 pour aller vivre en Touraine, au Grand-Pressigny, afin de développer un mode de vie plus autonome et en harmonie avec la nature.

Voici mon parcours :

Musicienne depuis mon plus jeune âge, j’ai longtemps souhaité en faire mon métier.
Un rêve désabusé qui m’a laissé sur le bas côté de la route sans aucune roue de secours.
J’ai fait alors un détour du côté du marketing en entreprise. Open Space et compagnie qui, pour l’hypersensible empathique que je suis – mais qui à ce moment là s’ignorait – m’a rendu loin de ma mission de vie – que j’ignorais aussi.

J’ai toujours été dans une démarche d’évolution personnelle et, du plus loin que me ramènent mes carnets « intimes », j’ai toujours eu des réflexions sur la spiritualité et des questionnements sur mes ressentis et mes comportements. Mais c’est à l’âge de 20 ans, en 1999, que je commence « officiellement » un travail avec une somatothérapeute.
Sûrement le meilleur choix de toute ma vie et qui sera le point de départ tout le reste.

Qu’est-ce qui m’a amené à la kinésiologie ?

J’ai découvert la kinésiologie en 2005. Alors que ma fille rencontrait des problématiques de sevrage et d’alimentation, la sage-femme qui me suivait à ce moment-là, m’avait recommandé la kinésiologie que je ne connaissais pas du tout. Cette technique s’est avérée tellement efficace que j’ai alors continué mon travail de développement personnel et spirituel avec cette méthode. Au fur et à mesure des séances, je voyais une transformation intérieure s’opérer et plus j’évoluais, plus je me passionnais pour la médecine parallèle et, plus précisément, tout ce qui touche aux mondes subtiles. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à utiliser l’autotest musculaire en parallèle de mes séances. Ma kinésiologue l’utilisait parfois en séance et m’avait expliqué comment cela fonctionnait. J’ai passé quelques années comme cela à pratiquer juste pour moi-même la kinésiologie à ma façon, avec l’autotest musculaire, tout en découvrant via les livres et les vidéos YouTube ce vaste monde spirituel.

Ce qui m’a amené à faire la formation de kinésiologie en 2013 en parallèle de mon travail en entreprise. Cela n’a pas été comme une révélation. Je pensais à me reconvertir, mais dans quoi ? Je ne voulais pas retourner dans le milieu musical qui ne me correspondait plus. L’idée de devenir kinésiologue est arrivée un peu comme ça, comme une idée qui arrive naturellement dans l’esprit : « Et si je devenais kinésiologue ? »
Je me souviens de ce moment décisif. Je sortais d’une séance de kinésiologie et en discutant avec une amie proche en bas de l’immeuble où je travaillais, à Paris, je lui expliquais que mon travail actuel n’étais pas pour moi et que je voulais faire quelque chose qui me correspond mieux. Et c’est alors, que je lui ai dit que je pensais à me former en kinésiologie. Après avoir terminé ma conversation avec cette amie, j’ai appelé ma kinésiologue pour lui demander où elle s’était formée. Et ensuite, tout s’est mis en place facilement et j’ai commencé le premier module du « Touch for Health » à l’école l’ASTM – kinésiologie dans le 19ème arrondissement de Paris quelques mois après.
Trois ans et plus de 600h de formation plus tard, j’attends avec patience – teintée d’empressement 😅 – une opportunité inespérée de rupture conventionnelle pour me mettre à mon compte. Elle arrive enfin en 2017.  Une nouvelle vie commence et je m’y plonge dedans avec enthousiasme et passion.

De la kinésiologie à la lecture d’âme.

Ma pratique n’a cessé de s’affiner en même temps que mon âme évoluait.

De fil en aiguille, de formation en formation, de lecture en lecture, j’ai appris, expérimenté, conscientisé, libéré, consolidé, développé tout mon potentiel énergétique et spirituel qui aujourd’hui fait la thérapeute que je suis. Les formations autour de la communication animale (vivants et défunts) et des perceptions extra-sensorielles ont été déterminantes pour l’évolution de ma pratique.

En effet, ma pratique va au-delà de la kinésiologie.

Alors que ma formation initiale en kinésiologie m’a donné matière à découvrir et développer mes capacités subtiles déjà titillées par la musicienne que j’étais, le chemin qui a suivi m’a permis de me reconnaître dans l’entièreté de mon être et notamment comme médium et guérisseuse. Mon chemin élargissait un peu plus mon intérêt et ma connexion au monde subtil. J’ai alors réalisé que ma façon de pratiquer ressemblait plus à une pratique de médium que de kinésiologue et que je ne me reconnaissais pas sous le statut de kinésiologue.

Je suis alors sortie de ma zone de confort et pris la décision d’exercer ma pratique au plus proche de ma sensibilité et de mes convictions.

Aujourd’hui, je fais des lectures d’âmes en utilisant les outils de la kinésiologie. Je pratique en connexion avec le subtil pour la libération des mémoires cellulaires, transgénérationnelles et karmiques. J’accompagne les âmes humaines et animales pour un travail sur l’inconscient et la guérison des blessures de l’âme.

Et la suite ?

J’ai en tête des projets que j’ai hâte de pouvoir développer dans les mois qui viennent.
Depuis un certain temps, je me reconnecte avec la musicienne que je suis et je réfléchis à intégrer la musique dans mon activité de thérapeute. A suivre donc…

Je vais en parallèle continuer de me former en énergétique avec notamment une prochaine formation prévue en août de  « Tradithérapeute » et « Leveur de maux, leveur de sorts, Mage blanc » auprès de Martine Dick afin d’optimiser mon efficacité sur la guérison des maux physiques.

En attendant, vous pouvez suivre mes actualités en vous inscrivant à ma newsletter.

Au plaisir de rencontrer votre âme prochainement lors d’une lecture d’âme !

J’accompagne l’être, corps et âme, dans son entier pour lui permettre de se révéler à lui-même en douceur et retrouver harmonie et confiance dans sa vie quotidienne.

Tous mes soins énergétiques sont basés sur la kinésiologie et sont des accompagnements sur mesure pour vous apporter le soutien et l’aide nécessaire pour que vous puissiez, vous aussi, incarner pleinement votre propre philosophie de vie.

Je vous propose une collaboration bienveillante pour plonger au coeur de vous-même et pour vous aider à transformer votre vie.

Ana Delaperrière,
Thérapeute de l’âme

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque mois, retrouvez toutes les actualités de Kinésiolosophie dans votre boîte mail
(ateliers, inspirations, astuces & conseils, lectures…).

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables !
Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.